Temple protestant de Dour

Temple protestant de Dour

Temple protestant de Dour

Image issue de : « Le premier temple protestant dit « La Croisette » », dans BRAEKMAN, E. M., Histoire de l’église protestante de Dour, Bruxelles : Société d’Histoire du Protestantisme Belge, 1977, p. 72, Coll. des Etudes historiques.

Second temple protestant de Dour

Image issue de : « Le second temple protestant de Dour », dans BIBLIOTHEQUE COMMUNALE DE DOUR, Connais-tu ta commune ?, Dour : [Bibliothèque communale de Dour] : 1997, [n. p.].

Historique et évolution :

Selon l’Edit de tolérance de Joseph II, du 12 novembre 1781, toute communauté protestante étant suffisamment importante peut disposer d’une église et d’une école. Ainsi, dans ce contexte, en 1788, les protestants dourois, et notamment le protestant Jean-Baptiste Rouls, se considérant assez nombreux, décidèrent d’entamer les démarches nécessaires auprès de l’Empereur. Cependant, ces dernières furent longues et en 1792, l’Edit de tolérance fut révoqué. Néanmoins, en 1794, avec la conquête française, la situation va connaître une évolution. En effet, en 1795, Jean-Baptiste Defrise décide de construire à ses frais le premier oratoire protestant appelé « le temple de la croisette », du nom du lieu où il était situé. Ce bâtiment, désaffecté le 30 septembre 1827, fut démoli au cours de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce contexte, il est intéressant d’indiquer que le premier pasteur des protestants dourois au sein de ce premier temps fut Jean de Vismé.

En 1825, les Protestants de Dour demande des subsides à Guillaume 1er afin de faire bâtir un nouveau temple. Ainsi, grâce à l’appui financier de ce dernier et à de nombreuses donations, la communauté protestante entra dans son nouveau lieu de culte le 30 septembre 1827. Ce dernier, situé à la rue du Roi Albert à Dour, est un bâtiment classé au Patrimoine Culturel depuis 1977. Dans ce contexte, il est intéressant de noter qu’à l’époque, Jean de Vismé fut aussi le pasteur de ce nouveau temple. Par la suite, il est remplacé par son fils, Jonathan de Vismé. En ce qui concerne le temple protestant actuel, il est à noter qu’il est considéré comme l’Eglise-Mère du Borinage. En effet, c’est à partir de Dour, que la plupart des églises protestantes de Mons-Borinage virent le jour. Du point de vue de son architecture, il s’agit d’un édifice de style néo-classique avec un intérieur dépouillé propice à la méditation. Deux colonnes internes et externes sont également présentes et évoquent la façade du temple de Salomon. Dans ce contexte, il est intéressant d’indiquer que, pendant la Première Guerre, le temple fut démoli en partie avant d’être remis en état.

Ce temple a été classé le 21 janvier 1977.

Par ailleurs, il est intéressant d’indiquer au lecteur qu’il peut également obtenir des informations complémentaires sur ce temple et sur son état actuel à l’adresse suivante : http://fr.protestant.link/locations/dour/

Ligne du temps :

Références bibliographiques (Pour la description complète, cliquez sur la référence) :

Informations complémentaires :

Liens vers d’autres ressources réalisées par TéléMB traitant du sujet :

Documentaires :

Lien vers Google Earth permettant de localiser le temple :

https://earth.google.com/web/@50.3981899,3.7758762,73.38683739a,644.21778949d,35y,0h,45t,0r/data=ClYaVBJMCiUweDQ3YzI1OGVkMjcwNjFlZTU6MHhmN2M0MjhkY2Y0MWY2NzMyGXsM–L3MklAIUL1xZT-NA5AKhFSdWUgZHUgUm9pIEFsYmVydBgCIAEoAigC

Liens vers d’autres articles :

Laisser un commentaire