Paul Ducart

Paul Ducart

Paul Ducart

Image issue de : « Paul Ducart », dans BRAEKMAN, E. M., Histoire de l’église protestante de Dour, Bruxelles : Société d’Histoire du Protestantisme Belge, 1977, p. 210, coll. des Etudes historiques.

Sa biographie :

Né à Wasmes, le 24 juin 1845, Paul Samuel Ducart est le fils de Désiré Ducart et Florence Colmant. Sa famille était attachée à la communauté de Frameries. En 1868, il quitte Frameries pour suivre des cours à l’Ecole de l’Oratoire à Genève. En 1874, ayant terminé ses études sans avoir obtenu le grade de bachelier, il revient en Belgique. Là, il est considéré comme un évangéliste par l’Eglise chrétienne missionnaire belge qui le place à Verviers. En 1881, il régularise sa situation académique en obtenant son baccalauréat le 28 janvier de cette même année. En automne 1877, il retourne à Frameries. Dès son arrivée dans cette région, il fut amené à propager l’Evangile et en 1878, il inaugure le culte protestant à Boussu.

En 1882, il fut nommé à la tête de l’Eglise protestante de Dour. Il occupa cette fonction pendant trente ans. Contrairement à ses prédécesseurs, il ne s’occupa d’aucune charge synodale et n’étendit son action qu’à quelques villages limitrophes de Dour. Sa politique est basée sur l’affermissement spirituel de l’Eglise et son ouverture sur le monde. Par ailleurs, il remet également sur pied toute l’instruction religieuse. De plus, se rendant compte que les jeunes constituant une partie importante de la population de Dour réclament des activités qui leur soient plus spécifiquement destinées, il créa en 1887 une Union qui, deux ans plus tard, s’affilia à l’Alliance des Unions Chrétiennes de Jeunes Gens de Belgique.

À côté de cela, il se préoccupait également de la situation sociale de ses paroissiens. De surcroît, il proposa de fonder, le 11 avril 1902, une salle de réunion qui marqua le 75e anniversaire du Temple protestant. À la fin du mois de septembre, cette salle fut inaugurée.

Au cours de l’année 1908, une fête fut organisée afin de fêter son 25e anniversaire du ministère. Par la suite, en raison de sa santé fragile, il dût, à partir du mois de mars 1911, se faire à de nombreuses reprises remplacer dans ses activités. Cela le poussa à donner sa démission le 1er mars 1912. Celle-ci fut acceptée par le Consistoire le 13 mars de la même année. Retiré à Pâturages, il avait gardé le service du culte protestant à la prison de Mons. Cette fonction avait été officialisée le 21 novembre 1898. Toutefois, son état de santé l’obligea à se démettre également de cette fonction en novembre 1913.

Il décède à Pâturages le 24 décembre 1915.

Ses fonctions :

  • Pasteur de la communauté protestante de Dour

Ligne du temps :

Laisser un commentaire