David Blume

David Blume

David Blume

Image issue de : « David Blume », dans BRAEKMAN, E. M, Histoire de l’église protestante de Dour, Bruxelles : Société d’Histoire du Protestantisme Belge, 1977, p. 304, Coll. des Etudes historiques.

Sa biographie :

Né à La Louvière, le 19 juin 1886, David Joseph Blume appartenait à l’Eglise protestante de Jolimont. Après avoir fréquenté les cours de l’école moyenne de La Louvière, il se rend à l’Institut de Glay, dans le Doubs en vue de se préparer aux études théologiques. Il accomplit celles-ci à l’Ecole de l’Oratoire de Genève de laquelle il obtient son bachelier en théologie.

En juillet 1908, il revient en Belgique. Il est consacré au Saint-Ministère dans le temple de Douvrain, le 15 août 1909. Par la suite, il fut le pasteur de Douvrain jusqu’en 1912. Le 27 mai 1912, il devient le pasteur de la communauté protestante de Dour. En plus de cette fonction, il écrivit aussi un grand nombre d’articles pour le journal, « Protestant belge ».

Lors de la Première Guerre mondiale, il voulut s’engager mais ne fut pas appelé sous les drapeaux. Au début de l’année 1915, il commença à tenir des réunions religieuses à Harchies, au nord de Pommeroeul. Par ailleurs, il ouvrit également une salle de réunion à Elouges. Celle-ci fut inaugurée en 1916.

Cependant, en raison de divergences politiques et sociales, il décida, à la fin de l’année 1921, de quitter l’Eglise protestante de Dour. Toutefois, cela ne l’empêcha pas de continuer à militer au sein du protestantisme, tout en prenant une part active au sein du Parti Socialiste et de la Franc-Maçonnerie.

Par la suite, nommé chef de bureau au service des Bibliothèques Publiques, puis au département de l’Education Populaire, dépendant du Ministère de l’Instruction Publique, il termina sa carrière en tant que Directeur d’Administration. Par ailleurs, il avait aussi rallié le Parti Ouvrier Belge. Dans ce contexte, il publia un ouvrage « Christianisme et Socialisme » en 1926. Parallèlement, il présidait souvent le culte de remplacement. Durant la Deuxième Guerre mondiale, il fut mobilisé en tant que fonctionnaire. De plus, en raison de ses attachements avec la Franc-Maçonnerie, il fut cité plusieurs fois sous l’occupation par « Le Rempart », organe de la ligue anti-maçonnique belge. Mais il ne subit jamais de graves sévices.

Il mourut à Ixelles, le 16 avril 1959 et fut enterré à Fayt-lez-Manage.

Ses fonctions :

  • Pasteur de la communauté de Douvrain
  • Pasteur de la communauté protestante de Dour
  • Auteur d’articles pour le journal « Protestant belge »
  • Chef de bureau au service des Bibliothèques Publiques
  • Chef de bureau du département de l’Instruction Publique
  • Auteur de l’ouvrage « Christianisme et Socialisme »
  • Fonctionnaire

Ligne du temps :

Laisser un commentaire