Famille Harmegnies

Famille Harmegnies

  1. Jean-Baptiste Harmegnies

Nous ne disposons malheureusement d’aucune iconographie dans le fonds local de la Bibliothèque communale de Dour sur ce personnage.

Sa biographie :

Né en 1787 à Dour, Jean-Baptiste Harmegnies est issu d’un milieu relativement aisé. Il crée une corderie à Dour vers 1810. Là, il y travaille le chanvre et le goudron et y emploie quatre ouvriers. Sa production s’écoule rapidement auprès des charbonnages de la région. 

Il décède à Dour en 1842.

Ses fonctions :

  • Patron d’une corderie à Dour

Ligne du temps :

2. Jean-François Harmegnies

Jean-François Harmegnies

Image issue de : « Jean-François Harmegnies », dans BRAEKMAN, E. M., Histoire de l’église protestante de Dour, Bruxelles : Société d’Histoire du Protestantisme Belge, 1977, p. 200, coll. des Etudes historiques.

Sa biographie :

Né à Dour en 1816, Jean-François Harmegnies hérite de l’atelier de son père. Très vite, il acquiert un outillage mécanique moderne tout en utilisant des procédés perfectionnés et des matériaux nouveaux. Ses aptitudes lui permettent de se spécialiser dans la fabrication des cordes plates en chanvre, en aloès et en fils métalliques pour les mines. Au départ, confronté aux préjugés de l’époque, il rencontre quelques difficultés dans la vente de sa production. Malgré cela, il prend quelques brevets en 1859 et 1861. Ainsi, sa réputation lui permettra d’exporter en Allemagne et en France.

En ce qui concerne sa carrière politique, il est élu conseiller communal en 1858. Il occupera ce poste jusqu’en 1868. Par la suite, il est désigné comme échevin de 1861 à 1863. Par ailleurs, il occupera également un siège au sein du consistoire. En 1867, il fonde à Dour une succursale de la Caisse générale d’épargne et de retraite à destination des ouvriers. Ainsi, il encouragera également la création d’autres établissements similaires dans la région du Borinage. Dans ce contexte, il est intéressant de constater qu’il fut aussi administrateur de la S.A. des houilles grasses à Dour, entreprise située à côté du temple qu’il ne cessa jamais de développer.

Il décède à Dour en 1884.

Ses fonctions :

  • Directeur et producteur d’une corderie à Dour
  • Conseiller communal
  • Échevin
  • Membre du consistoire
  • Fondateur d’une succursale de la Caisse générale d’épargne et de retraite
  • Administrateur de la S.A. des houilles grasses

Ligne du temps :

3. André Harmegnies

André Harmegnies

Image issue de : « André Harmegnies », dans QUIN, Jeanne, Seigneurs, mayeurs, maires et bourgmestres de Dour, Dour : [s. n.], 1992, [n. p.].

Sa biographie :

Né à Dour le 15 novembre 1856, André Harmegnies est le fils de Jean-François Harmegnies et de Rosine Dorcase Defrise. Il épouse Flore-Lucie Drugbert.

Protestant, il est membre du consistoire. En ce qui concerne sa carrière professionnelle, il exerce la fonction de conseiller communal en 1888 et d’échevin des travaux publics en 1891 avant d’être nommé bourgmestre, le 4 janvier 1901. Il occupera ce poste jusqu’en 1921. C’est au cours de son mandat qu’apparaîtront de nouveaux groupes scolaires et que l’éclairage sera mis en place à Petit-Dour. Par ailleurs, en 1903, il est également nommé membre du conseil provincial et en 1910, il cofonde des Amitiés françaises de Mons. Ainsi, il est intéressant de noter qu’il a cumulé les mandats. En effet, il a été, d’une part, président du conseil d’administration de la S.A. des Câbleries et des Corderies du Hainaut et commissaire à la Banque du Hainaut, et d’autre part, vice-président du conseil d’administration des « Charbonnages des Chevalières et de la Grande Machine à feu de Dour ».

Le 1er juin 1913, un jubilé en son honneur est organisé à la maison communale de Dour. À cette occasion, un petit buste en bronze à son effigie créé par Franz Huygelen lui est remis. C’est également au cours de cette année-là que le collège échevinal décida que la rue à l’eau porterait dorénavant le nom d’André Harmegnies. Dans ce contexte, il est intéressant d’indiquer qu’aujourd’hui cette rue a été rebaptisée rue des câbleries.

Durant la Première Guerre mondiale, André Harmegnies est très actif. En effet, il s’engage dans la lutte contre les déportations des membres de l’église protestante.

Il décède à Dour le 9 novembre 1929.

Ses fonctions :

  • Membre du consistoire
  • Conseiller communal
  • Bourgmestre de Dour
  • Membre du conseil provincial
  • Cofondateur des Amitiés françaises de Mons
  • Président du conseil d’administration de la S.A. des Câbleries et des Corderies du Hainaut
  • Commissaire à la Banque du Hainaut
  • Vice-président du conseil d’administration des « Charbonnages des Chevalières et de la Grande Machine à feu de Dour »

Ligne du temps :

4. Jean Harmegnies

Nous ne disposons malheureusement d’aucune iconographie dans le fonds local de la Bibliothèque communale de Dour sur ce personnage.

Sa biographie :

Né à Dour en 1859, Jean Harmegnies succède à son frère au poste de président du conseil d’administration des « Charbonnages des Chevalières et de la Grande Machine à feu de Dour ». Le 26 septembre 1885, il épouse Anna Trocmé. Après leur mariage, ils s’installent à Auby où ils fondent une famille. Là, il devient administrateur de la société houillère de Flines-Lez-Raches. C’est ainsi qu’il contribue au développement de l’une des dernières compagnies instituées dans le bassin du Nord-Pas-de-Calais. Membre de la légion d’honneur et veuf depuis 1910, il rentre en Belgique s’occuper de l’entreprise douroise. Avec la crise économique, les ventes de l’entreprise vont chuter ce qui provoquera la fermeture de certains ateliers. Cependant, la fin des années 1930 va permettre une nouvelle augmentation des ventes et donc de la production. En mai 1940, il obéit à l’ordre d’évacuation des populations civiles et il décède à Niort en France en 1941.

Ses fonctions :

  • Président du conseil d’administration des « Charbonnages des Chevalières et de la Grande Machine à feu de Dour »
  • Administrateur de la société houillère de Flines-Lez-Raches
  • Directeur de la câblerie et corderie de Dour

Ligne du temps :

Références bibliographiques (Pour la description complète, cliquez) :

  • 1000 personnalités de Mons et de la région. Sous la direction de Laurent Honnoré, René Plisnier, Caroline Pousseur et Pierre Tilly. Bruxelles : Avant-propos, 2015. Alain Jouret, Famille Harmegnies (Dour, XIXe-XXe siècles), p. 446-448. ISBN 978-2930627847.

Liens vers d’autres articles :

5. Jacques Harmegnies

Jacques Harmegnies

Image issue de : « Jacques Harmegnies », dans JOURET, Alain, « Famille Harmegnies », dans 1000 personnalités de Mons et de la région, Bruxelles : Avant-propos, 2015, p. 448.

Sa biographie :

Né à Douai en 1896, Jacques Harmegnies est administrateur-directeur commercial depuis 1921. Par la suite, il remplace son père, Jean Harmegnies, à la tête de l’entreprise familiale. Durant la Première Guerre mondiale, il s’engage comme volontaire dans l’armée française en novembre 1914. Au cours de cette guerre, il fut titulaire de la Croix du Combattant, de l’insigne des blessés et de la bataille de Verdun. En 1935, il reçoit également la médaille militaire française. Par ailleurs, il fut aussi président de la Société française de bienfaisance de Mons. En 1943, il devient le président-directeur général d’un établissement qui tourne au ralenti.

Après la Seconde Guerre mondiale, il devient le président de la Royale harmonie de Dour. Ainsi, il va s’impliquer dans la vie douroise. En ce qui concerne son entreprise, il mettra en place l’organisation du conseil d’entreprise et imaginera un système de participation bénéficiaire pour le personnel. Par la suite, il adaptera également sa production à l’évolution des techniques. Avec la disparition des charbonnages, il reconvertira les structures de son entreprise. En 1970, il favorise la fondation de Télécable implanté dans le zoning industriel de Dour-Elouges. En 1977, il organise la fusion de la S.A. des Câbleries et Corderies du Hainaut avec la S.A. Câbleries et Tréfileries associées. Le 27 mars 1979, il quitte son poste de président au profit de son beau-frère, André Lavenne.

Il décède à Boussu en 1980.

Ses fonctions :

  • Administrateur-directeur commercial
  • Directeur de la câblerie et de la corderie de Dour
  • Soldat durant la Première Guerre mondiale
  • Président de la Société française de bienfaisance de Mons
  • Président-directeur général d’un établissement
  • Président de la Royale Harmonie de Dour

Ligne du temps :

Références bibliographiques (Pour la description complète, cliquez) :

  • 1000 personnalités de Mons et de la région. Sous la direction de Laurent Honnoré, René Plisnier, Caroline Pousseur et Pierre Tilly. Bruxelles : Avant-propos, 2015. Alain Jouret, Famille Harmegnies (Dour, XIXe-XXe siècles), p. 446-448. ISBN 978-2930627847.
  • Royale Harmonie de Dour : 1806-1956 : 150e anniversaire. [S. l.] : [s. n.], 1956. 78 p. Annexes.
  • SAUSSEZ, Jean. La petite histoire de la commune de Dour. [S. l.] : [s. n.], 1953. [N. p.].

Liens vers d’autres articles :

Laisser un commentaire