Maison communale de Dour

Maison communale de Dour

Maison communale de Dour

Image issue de : « Maison communale de Dour », dans BIBLIOTHEQUE COMMUNALE DE DOUR, Maisons communales et monuments commémoratifs de l’Entité de Dour : 18e Journées du Patrimoine « Patrimoine & Citoyenneté » : 09 & 10 septembre 2006, Dour : [s. n.], 2006, p. 19-20.

Historique et évolution :

Jusqu’au XVe siècle, les sept échevins composant le pouvoir politique de Dour se réunissait pour délibérer de la chose publique « devant le moutier à Dour » c’est-à-dire devant l’église ou sous le clocher. Par ailleurs, il est à noter que l’on peut supposer l’existence d’un local nommé « La Halle »[1] et permettant aux membres politiques de se réunir déjà en 1403. Elle porte le nom de « mairie » puis de « maison commune ».

Au XVIIIe siècle, l’empereur Joseph II exige des communes qu’elles se dotent d’un « ostel à l’usage des magistrats » et ce afin de centraliser tous les actes administratifs locaux. Par ailleurs, « La Halle », abandonnée depuis trois siècles, subit des rénovations considérables si bien qu’une chambre échevinale y est aménagée. Ainsi, « La Halle » qui a connu une restauration devient, après 1789, « l’hôtel de Régence ».

Par la suite, au XIXe siècle, en raison de la crise économique de 1840 et d’un manque de ressource, la commune qui voit sa population s’accroître ne peut acquérir de nouveaux bâtiments administratifs. Toutefois, en 1853, le conseil communal présidé par le bourgmestre Charles-Louis-Joseph de Royer décide d’abattre « La Halle ». Néanmoins, en raison d’un manque de moyens financiers rendant la construction de nouveaux bâtiments impossible, les bureaux sont transférés chez le secrétaire communale à la rue Pairois tandis que la Justice de Paix prend place dans une salle de l’auberge Derbaix.

Cependant, le 6 mars 1858, l’architecte de Mons, Joseph Hubert est chargé de réaliser un projet qui est approuvé à l’unanimité. Ce dernier comprend la construction d’un bâtiment permettant d’abriter l’ensemble des services administratifs et de la justice de la commune. Ainsi, c’est sous le mandat de Jean-Philippe, Joseph Harmegnies que la première pierre est posée, à savoir le 16 avril 1860.

Le 19 mai 1862, la maison communale est inaugurée. Quant aux remises pour les corbillards et pompes incendie, celles-ci ne seront construites qu’en 1894. En 1941, elles sont transformées en bureau pour la police.

À la fin du XIXe siècle, la maison communale s’avère trop petite. Les autorités communales décident alors d’acquérir le terrain se trouvant à l’arrière du bâtiment afin d’agrandir les locaux. C’est également au cours de la même période que la décision fut prise de construire un bâtiment qui serait réservé à la Justice de Paix.

En 1940, les sous-sols de la maison communale sont transformés en abris à l’épreuve des bombes. Ainsi, après la Deuxième Guerre mondiale, les bâtiments communaux sont encore agrandis. Toutefois, malgré ces nombreux agrandissements, lors de la fusion des communes, en 1977, la maison communale est à nouveau trop petite. En mars 1984, cet état de fait pousse le conseil communal présidé par le bourgmestre, Arthur Capouillez, à accepter les plans, les cahiers de charges et les devis pour la nouvelle administration communale. Celle-ci sera ainsi située sur l’ancien complexe de la Société Patria. Commencés en octobre 1984, les travaux sont terminés en décembre 1988 si bien qu’en janvier 1990, tous les services de l’administration communale, y compris la Bibliothèque communale et le Centre Culturel sont rassemblés dans le nouveau complexe construit par l’architecte Van Craenenbroeck.

[1] La halle était située sur la Grand’Place, plus ou moins en face de l’actuelle boulangerie

Ligne du temps :

Références bibliographiques (Pour la description complète, cliquez) :

Lien vers Google Earth permettant de localiser la maison communale actuelle :

https://earth.google.com/web/@50.3963316,3.7785401,78.58807381a,644.24514322d,35y,0h,45t,0r/data=ClAaThJGCiUweDQ3YzI1OGVjNjkzMmI1MTE6MHg5MzExOTNmZTM0ZmYyZjk0GYgvbv66MklAIR7_YDtzOg5AKgtHcmFuZCdQbGFjZRgCIAEoAigC

Liens vers d’autres articles :

Laisser un commentaire