Cercle ouvrier Saint-Victor / Patria de Dour

Cercle ouvrier Saint-Victor / Patria de Dour

Cercle ouvrier Saint-Victor / Patria à Dour

Image issue de : « Cercle ouvrier Saint-Victor / Patria », dans CAPOUILLEZ-CHOMIS, Marie-Thérèse, Du Cercle ouvrier Saint-Victor : 1891-1945… à Patria : 1945-1978 : quelques pages de notre passé culturel : 3e partie, Dour : [s. n.], 2004, p. 13.

Historique et évolution :

En 1891, le « Cercle ouvrier Saint-Victor » est fondé par le Docteur Victor Delporte. Ce dernier est inauguré le 23 octobre 1892. Ainsi, la devise de ce nouveau cercle est inscrite sur le fronton de la scène qui domine la salle des fêtes : « Dieu-Famille-Patrie ». Par ailleurs, il est intéressant de noter que ce Cercle dispose de son propre drapeau sur lequel est inscrit : « Religion Famille Patrie Ordre Travail ». En 1893, est créée au sein du Cercle ouvrier Saint-Victor, une société de secours mutuel sous la dénomination « La Sécurité ». Cette dernière, à la base de la mutuelle chrétienne douroise, base son action sur la doctrine sociale de l’Eglise à savoir aider la classe ouvrière. Par ailleurs, il est intéressant de noter que c’est également au début de la fondation du Cercle ouvrier Saint-Victor que fut créée la Chorale Sainte-Cécile de Dour. Dans ce contexte, il est à noter que de nombreuses représentations, conférences et spectacle eurent lieu dans les locaux de ce Cercle. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la salle des fêtes et le café sont réquisitionnés par les Allemands qui y donnent leurs fêtes. Dans ce contexte, peu de fêtes sont organisées pour les Dourois.

En janvier 1945, le « Cercle ouvrier Saint-Victor » devient « l’Union Catholique Patria ». Il s’agit d’une société coopérative. Ainsi, la nouvelle société constituée procède à l’élection d’un conseil d’administration. Des travaux sont alors entrepris en ce qui concerne le bâtiment. Les activités déjà mises en place au sein du Cercle ouvrier Saint-Victor sont maintenues alors que d’autres sont mises en place. Dans cette société coopérative, on retrouvait aussi une salle de cinéma. Par ailleurs, il convient d’indiquer qu’après la Deuxième Guerre mondiale, le cercle horticole, le tir à l’arc, ainsi que les troupes théâtrales reprennent leurs activités. Dans ce contexte, il convient d’indiquer que la salle des fêtes de la société est également utilisée par certaines chorales telles que, par exemple, la chorale Sainte-Cécile qui, le 25 décembre 1945, rendit hommage à son chef de musique, Arthur Fromont.

En 1948, la direction de Patria veut agrandir les terrains derrière l’arrière-scène. Les terrains du Bien-Etre ainsi que ceux qui servent de potager sont réunis et aménagés en une grande plaine de jeux. Cette dernière était ouverte pendant un mois durant l’été aux enfants. Elle était tenue par la religieuse de la Sainte-Union, Madame Véronique. Sur cette grande plaine que furent organisées des activités diverses et des fancy-fairs. C’est également au cours de l’année 1948 que furent créées de nouvelles activités au sein de la société Patria. Parmi ces dernières, on retrouve également la création du groupe musical, la Manécanterie de Dour

En 1951, les directeurs de Patria fêtent le 60e anniversaire du Cercle. Les dirigeants, ainsi, rendent hommage au fondateur du cercle, le 1er mai, Victor Delporte.

En 1954, les locaux du Cercle ouvrier Saint-Victor, dont Louis Delporte est propriétaire, sont mis en vente. Ces derniers sont achetés par la Société « l’Union catholique Patria » dont les statuts avaient été établis le 17 mars 1945. Ainsi, le 8 mai 1954, le « Cercle ouvrier Saint-Victor » devient la « Société anonyme Patria ». Dès lors, le 28 mai 1954, la société publie de nouveaux statuts et un nouveau comité est établi. Le 24 juin 1954, lors de la première réunion de ce comité, il est décidé que les anciens bâtiments du Cercle ouvrier Saint-Victor, seront rénovés et transformés. Ainsi, le 30 octobre 1954, les nouveaux locaux sont inaugurés. En 1955, le directeur général de Patria, Gérard Mahieu, décide de créer le cercle choral « Tutti Juvenes ». Par la suite, il est intéressant de noter qu’au cours de l’année 1957, une école de musique et une troupe théâtrale « le Rideau des Jeunes » furent créés à Patria ainsi que le Ciné-Club en famille en 1958 et un groupe de voyages pour les pensionnés « les Paisibles Pensionnés » en 1960.

Au cours des années 1970, la société Patria commence à connaître quelques difficultés financières. Dans ce contexte, la commune de Dour, issue de la fusion des communes en 1977, décidé de racheter l’ancienne société afin d’y établir dans ses locaux les divers services communaux de la nouvelle entité douroise. Cela amènera à la dissolution de la société Patria, le 21 juin 1978 et à la fermeture définitive des portes du café, le 31 décembre 1978. Le 25 octobre 1979, l’acte de vente est passé. Ainsi, la commune, nouvelle propriétaire, décide, en 1981, de démolir le complexe Patria. Dans ce contexte, la construction du nouveau complexe communal commença en 1984 pour être terminé en 1988.

Actuellement, à l’endroit où se trouvait le « Cercle ouvrier Saint-Victor » devenu « Cercle Patria » est construit le Centre culturel Arthur Capouillez qui fut inauguré en septembre 1989. Là, sont organisés des expositions, des spectacles, des concerts en tout genre ainsi que les fêtes scolaires. La bibliothèque communale de Dour est notamment située à l’arrière du Centre Culturel.

Ligne du temps :

Laisser un commentaire