Famille Lavenne

Famille Lavenne

  1. Victor Lavenne

Nous ne disposons malheureusement d’aucune iconographie dans le fonds local de la Bibliothèque communale de Dour sur ce personnage.

Sa biographie :

Né à Thulin en 1864, Victor Lavenne fréquente l’école jusqu’à ses 13 ans avant de travailler dans la ferme paternelle. En 1892, il épouse Irma Saussez. De cette union, naîtront deux fils. Par la suite, il s’occupera d’un commerce de grains à Thulin. En 1901, il reprend une exploitation de 20 hectares à Audregnies. En 1910, il s’installe à Dour et tient un petit café.

Au cours de la Première Guerre mondiale, il sera très actif. En effet, il s’occupera de cacher des soldats échappés des forts de Maubeuge ainsi que de la soupe populaire et de l’alimentation des nourrissons et des mères.

En 1920, il achète le commerce de couleurs d’Auguste Wuillot et en confie la gestion à ses fils. Par la suite, il participe aux élections communales d’octobre 1926. Cependant, celles-ci ne lui rapporteront que peu de voix des électeurs. En 1928, il se retire dans un chalet à la rue de l’Yser

Il décède à Dour en 1954. Lors de ses funérailles, l’Union libérale ainsi que la Royale Harmonie lui rendent hommage.

Ses fonctions :

  • Fermier
  • Vendeur
  • Agriculteur
  • Cafetier
  • Membre de la soupe populaire et de l’alimentation des nourrissons et des mères

Ligne du temps :

2. André-Louis-Victor Lavenne

Nous ne disposons malheureusement d’aucune iconographie dans le fonds local de la Bibliothèque communale de Dour sur ce personnage.

Sa biographie :

Né à Thulin en 1893, André-Louis-Victor Lavenne fréquente l’école communale de Thulin. Par la suite, il continue ses études à l’Ecole moyenne de Quiévrain avant d’obtenir son diplôme d’ingénieur commercial à Mons en 1912. Ainsi, il sera vite attaché à l’agence du Crédit lyonnais à Dour. Dans ce contexte, le 21 janvier 1914, pour le compte de cette institution, il est envoyé à Odessa en Russie. Après la Révolution de mars 1917, il revient en Belgique travailler pour une banque à Bruxelles. Selon certaines sources, il réapparaît à Dour en 1920.

Il décède à Dour en 1962.

Ses fonctions :

  • Ingénieur commercial

Ligne du temps :

3. Sapin Lavenne

Nous ne disposons malheureusement d’aucune iconographie dans le fonds local de la Bibliothèque communale de Dour sur ce personnage.

Sa biographie :

Né à Thulin en 1896, Sapin Lavenne travaille à la ferme paternelle. Au cours de la Première Guerre mondiale, il aide de nombreux soldats français à échapper aux Allemands. En 1921, il épouse Jeanne Tunezy et ils décident de s’installer à Dour afin de fonder une famille.

En ce qui concerne sa carrière professionnelle, il se spécialise dans les revêtements anticorrosion si bien qu’il devient, ainsi que son frère, André, le fournisseur d’industriels importants de la région du Borinage. En 1933, avec son frère, André, il se lance dans la fabrication de couleurs et constituent, en mai 1937, la société en SPRL « Etablissements Lavenne Frères ». Là, ils élaborent tous les types de peinture et, en 1947, des vernis.

Il décède à Dour le 1er juin 1948. À son décès, l’entreprise se mue en S.A. des usines Lavenne Frères. Son frère, André, nommé administrateur délégué, y travaille avec ses neveux André et Pol. Ainsi, l’entreprise propose trente-deux teintes de peinture en 1948 et expédie ses productions à travers toute la Belgique.

Ses fonctions :

  • Ouvrier
  • Industriel
  • Directeur d’entreprise

Ligne du temps :

4. André-Jean-Sabin Lavenne

André-Jean Lavenne

Image issue de : « André-Jean Sabin Lavenne », dans Farde de Dour

Sa biographie :

Né à Dour en 1923, André-Jean-Sabin Lavenne est le second fils de Sapin Lavenne. Ingénieur commercial, il épaule son oncle, André, au sein de l’entreprise familiale. En 1962, au décès de son oncle, il prend la tête de l’entreprise. Après la Deuxième Guerre mondiale, il épouse Marguerite Harmegnies, fille de Jacques Harmegnies.

En 1956, il construit des installations modernes et grâce à sa nouvelle couleur à base de latex « Mur », il confère à son entreprise une réputation nationale. Ainsi, il fournit les maîtres d’œuvre de l’Exposition Universelle en 1958 et sauve son usine menacée par la fermeture des charbonnages et des ateliers de construction métallique en exportant à l’étranger.

Dans les années 1960, il est considéré comme le premier producteur de peinture et de vernis en Wallonie. En 1977, officier de l’ordre de la Couronne et promoteur d’Opticâble dans le zoning de Frameries, il préside l’Union wallonne des entreprises, la Chambre de commerce et d’industrie de Mons et du Borinage ainsi que les Ateliers protégés de Tertre. Dès 1979, il occupe la fonction de président-directeur général des Câbleries et Corderies de Dour qu’il abandonnera par la suite afin de reprendre la tête de l’usine de peinture. Cependant, en raison de la fermeture de ses principaux clients et des études sur l’incidence de l’utilisation de dioxine de titane, il est obligé de déposer le bilan en février 1999.

Il décède à Dour en 2012.

Ses fonctions :

  • Ingénieur commercial
  • Industriel
  • Directeur d’entreprise
  • Président de l’Union wallonne des entreprises, de la Chambre de commerce et d’industrie de Mons et du Borinage et des Ateliers protégés de Tertre
  • Président-directeur général des Câbleries et Corderies de Dour

Ligne du temps :

Laisser un commentaire