Parc communal de Dour

Parc communal de Dour

Parc communal de Dour

Image issue de : « Parc de Dour », dans Bibliothèque communale de Dour, Si les kiosques de Dour m’étaient contés : 20e Journées du Patrimoine : « Patrimoine & Culture » : 13 & 14 septembre 2008, Dour : [Bibliothèque communale de Dour], 2008, p. 6.

Historique et évolution :

Au début du XIXe siècle, le baron Jean-Jacques-Joseph de Royer étend les limites du parc de son château si bien qu’il atteint la Grand-Rue à laquelle il accède grâce à un petit pont, qui a été démoli en 1863.

En 1876, Emile de Royer décide de vendre une partie des terres du château à la commune de Dour. Ainsi, ces terres rachetées deviennent le parc communal. Dans ce contexte, il est intéressant d’indiquer que le kiosque est conservé tandis que des plantations sont rajoutées en 1880 et une grille apposée à l’entrée principale en 1904.

Pour ce qui est des horaires d’ouverture, le parc n’est, au départ, ouvert qu’en été. Toutefois, à partir de 1896, il sera accessible tous les jours. Dans ce contexte, en 1898, les autorités communales décident de nommer un garde. Le premier à exercer ce poste fut Domitien Wantiez qui fut nommé « agent de police du parc communal » le 19 avril 1898. Ainsi, cette personne a pour fonction d’ouvrir et de fermer les portes du parc, d’indiquer quand celui-ci est sur le point de fermer mais aussi d’interdire l’accès à tout enfant non accompagné par un adulte. En raison de ces tâches, le garde était surnommé « El Rabouleu » par la population. Il occupa ses fonctions jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale.

En 1941, en raison du manque de nourriture provoqué par la Deuxième Guerre mondiale, le parc est transformé en champs de pommes-de-terre et de haricots. Par ailleurs, en 2006, il fut rénové et amélioré. Ainsi, par exemple, le chemin principal fut pavé et certains arbres taillés.

Actuellement, la Commune de Dour a mis en place un projet de rénovation important. Pour plus d’informations à ce sujet, le lecteur peut se rendre aux deux liens suivants :

Ligne du temps :

Laisser un commentaire