Monument aux morts de Dour

Monument aux morts de Dour

Monument aux morts de Dour

Image issue de : « Monument aux morts de Dour », dans BIBLIOTHEQUE COMMUNALE DE DOUR, Si les kiosques de Dour m’étaient contés : 20e Journées du Patrimoine « Patrimoine & Culture » : 13 & 14 septembre 2008, Dour : [Bibliothèque communale de Dour], 2008, p. 8.

Historique et évolution :

Le 14 mars 1925, le Conseil Communal prit la décision d’édifier un monument aux morts afin de commémorer la Première Guerre mondiale. Dans ce contexte, le Conseil choisit, d’une part, comme architecte, Rouselle, ancien combattant de Saint-Ghislain, et d’autre part, comme sculpteur, C. Vandecapelle, pour la sculpture des trois bronzes.

Du point de vue architectural et symbolique, le monument représente une jeune dame et à ses côtés, debout sur des colonnes de marbre, deux amours qui furent volés en 1983 et jamais retrouvés. Ainsi, la jeune femme représente la patrie qui est veuve, mère et orpheline. Elle est placée au sommet du monument et elle porte une robe légère et dépouillée. Elle tient également dans sa main droite une branche de laurier qui est le symbole de la victoire et de la bravoure et donc de la renaissance de la nation libérée.

Ce monument est situé à l’entrée du parc communal de Dour et il est visible de la Grand-Rue. Il est inauguré le 23 août 1925. À cette occasion, un cortège constitué d’enfants des écoles, des délégations des communes voisines, des sociétés musicales fut organisé. Ce dernier démarra de la Grand-Place et se dirigea vers le Parc communal suivi par de nombreuses personnes présentes à cette occasion. Les festivités se poursuivirent le lendemain par un concert organisé dans le parc communal et un feu d’artifice tiré depuis la Place Verte dans le Quartier des Trichères.

Par ailleurs, il est intéressant d’indiquer qu’ont été rajoutés les noms des combattants de la Seconde Guerre mondiale à la Libération en 1945.

Actuellement, le monument aux morts existe toujours.

Ligne du temps :

Laisser un commentaire