Château de Dour

Château de Dour

Le fonds local de la bibliothèque de Dour et les recherches que nous avons menées dans d’autres sources ne nous ont pas permis d’obtenir une iconographie de ce château. Toutefois, nous possédons une représentation de son plan d’implantation :

Château de Royer en 1844

Image issue de : « Château de Royer en 1844 », dans QUIN, Jeanne. Seigneurs, mayeurs, maires et bourgmestres de Dour. Dour : [s. n.], 1992, [n. p.].

Historique et évolution :

Situé sur une motte et entouré d’un fossé, le château de Dour est constitué de plusieurs dépendances et entouré d’une enceinte. Il a été édifié à une date indéterminée. Toutefois, étant donné qu’il est signalé pour la première fois en 1410, on peut supposer qu’il a été construit entre le XIe et le XVe siècles. Par la suite, il n’est pas mentionné dans la liste des « chasteaulx en Haynnau » de 1568 si bien que l’on peut supposer qu’il a été détruit en 1554 lors des guerres d’Henri II.

En 1601, il n’apparaît plus que sous la mention de maison entourée d’eau avant de devenir un château de plaisance au début du XVIIIe siècle. Ainsi, il est aménagé par le nouveau propriétaire de la seigneurie, Nicolas-Joseph Poisson, de 1725 à 1728. Il était situé à proximité d’un petit bois, le long de la rue et du ruisseau Delval, à côté d’un étang et d’une fontaine. On y retrouvait aussi un parc et une étable. Jean-Jacques-Joseph de Royer se l’approprie en 1789 et décide d’acheter plusieurs lopins de terre afin d’étendre son parc jusqu’à la Grand-Rue et de mettre à la disposition des visiteurs une nouvelle entrée.

En 1859, le château est en partie démoli. Sept ans plus tard, la rue du Parc et la rue A l’Eau divisent la propriété bientôt lotie. Par la suite, en 1877, Emile de Royer vend le château à Camille Defrise et Dominique Dupont.

Délabré et endommagé par les travaux miniers, le bâtiment sert de maison d’habitation au pasteur avant d’être rasé totalement en 1883.

Il ne reste aujourd’hui que le parc qui est devenu le parc communal de Dour.

Ligne du temps :

Laisser un commentaire