Sobriquets

Sobriquets

a) Les sobriquets dourois

Explications :

En 1830, la plupart des Dourois ont leur sobriquet. Cette tradition perpétue le temps où l’on fixait les patronymes sur le terrain. Par définition, un sobriquet est : « […] la super personnalisation de la dénomination, puisqu’il permet de reconnaître infailliblement une branche d’une famille, voire les membres d’une même branche ou un individu. Souvent, le sobriquet découle de l’aspect physique, d’une qualité, d’un défaut, d’un métier et, au départ, celui qui le porte ignore généralement qu’il en est affublé. D’où la fureur légitime des gens qui découvraient qu’un défaut, une erreur de jeunesse, les poursuivaient depuis longtemps à cause d’un sobriquet. […] ».[1] A côté de cela, on retrouve également des pseudonymes qui sont des sobriquets que l’on s’attribue à soi-même. Ainsi, même si les anciens sobriquets ont tendance à disparaître, la jeunesse actuelle continue à se donner des surnoms.

Pour ce qui est des sobriquets, il est intéressant de noter que ceux-ci peuvent être classés par catégories dont en voici quelques exemples :

  1. La profession

Un des principaux responsables du sobriquet de celui qui le porte, c’est son métier, principal ou accessoire. Toutefois, cela peut aussi être en lien avec son commerce ou l’enseigne de son magasin

Exemple : « Alice l’accoucheuse »

  1. Les gens

Le sobriquet est en lien avec le physique, le comportement ou le caractère de la personne mais aussi son héritage et son habillement.

Exemple : « Bon Pierre », « El rouge crowate »

  1. Les aliments

Exemple : « Pétote », « Piquette », « Blanc naviau »

  1. Les noms d’animaux

Exemple : « El lapègne », « Del caille », « l’Anchois »

  1. Les objets divers

Exemple : « Caufier », « Mirliton »

  1. Les lieux de provenance

Le sobriquet est en lien avec la localité où la personne vit ou de son pays d’origine.

Exemple : « Miss coron », « Fernand d’Plantis », « El cosaque »

  1. Les événements historiques

Chaque événement historique d’importance ou non a été à l’origine de certains surnoms.

Exemple : « El comte », « El patriote »

  1. Les pseudonymes

Les pseudonymes permettaient notamment de cacher sa véritable identité. Dans ce contexte, certains Dourois ont joué ou écrit des comédies sous des pseudonymes.

Exemple : « Fernand d’Plantis »

[1] ADAM, Pierre, ADAM, Freddy, Mille et… quelques sobriquets de Dour et de Petit-Dour, [Dour] : La petite histoire locale, 1988, p. 5-6.

Références bibliographiques (Pour la description complète, cliquez) :

Liens vers d’autres articles :

b) Les sobriquets de Wihéries

Explications :

Tout comme pour les sobriquets de Dour, à Wihéries, dans la vie sociale et juridique, l’individu est désigné par son nom patronymique ou nom de famille. Son individualisation est assurée par un certain nombre d’adjonctions tels que les prénoms et les pseudonymes. Ainsi, le sobriquet est un pseudonyme qui est un mode de désignation librement choisi par l’individu qui lui permet de se faire connaître dans le public autrement que par son nom véritable.

En voici quelques exemples :

  • « du fraîche cul »
  • « du coup de coutiau »
  • « del manche d’appiette »

Références bibliographiques (Pour la description complète, cliquez) :

Laisser un commentaire