Rose Honorez dite Rose Marquette puis Maman Rose

Rose Honorez dite Rose Marquette puis Maman Rose

Rose Honorez

Image issue de : « Rose Honorez », dans JOURET, Alain, 14-18 : entre larmes et espérances à Dour et aux alentours : opérations militaires, approvisionnement, aide sociale, économie, maintien de l’ordre, réquisitions, résistance, loisirs, Libération et bilan, [Saint-Ghislain] : Cercle d’histoire et d’archéologie de Saint-Ghislain et de la région, 2011, p. 255.

Sa biographie :

Né à Dour en 1872, Rose Honorez est une fille de mineur. À 15 ans, elle quitte ses parents pour devenir servante à Jemappes. En juin 1890, elle revient près de sa mère afin de l’aider dans le magasin familial d’alimentation à Dour. Par la suite, elle travaille dans une boulangerie-pâtisserie de Jemappes. De 1895 à 1905, elle dirige une épicerie à Mons.

Durant la Première Guerre mondiale, en août 1914, elle se réfugie à Paris. Là, elle apporte son aide aux armées alliées. Elle devient la marraine de guerre de dix-neuf soldats et accueille successivement quarante-cinq permissionnaires. En 1920, elle épouse Jules Leleux. Le couple revient alors à Dour. Le 11 novembre 1936, elle reçoit les Palmes d’or de l’ordre de la Couronne. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle est membre de l’armée secrète et s’occupe de la presse clandestine. Ainsi, elle cache également des aviateurs alliés, des évadés, des résistants et un réfractaire. Suite à une perquisition à son domicile, elle est arrêtée le 29 octobre 1943. Néanmoins, elle recouvre sa liberté le 23 novembre suivant faute de preuves.

Elle décède à Dour en 1954.

Ses fonctions :

  • Servante
  • Vendeuse
  • Directrice d’une épicerie
  • Marraine de guerre
  • Résistante
  • Membre de l’armée secrète
  • Directrice de la presse clandestine

Ligne du temps :

Laisser un commentaire