Moulin à eau « Nollet » ou « du Moncheau » à Elouges

Moulin à eau « Nollet » ou « du Moncheau » à Elouges

Plan de localisation cadastrale du moulin à eau Nollet à Elouges

Image issue de : « Plan de localisation cadastrale du moulin à eau « Nollet » ou « du Moncheau »», dans JOURET, Alain, Un aspect oublie de nos paysages : les moulins du « Grand Dour » du XIe au XXe siècle, Dour : Cercle dourois d’histoire locale et régionale, 1987, p. 40.

Moulin à eau Nollet ou du Moncheau d'Elouges

Image issue de : « Moulin à eau Nollet d’Elouges », dans Photos d’hier et d’aujourd’hui : Elouges, Dour, Blaugies, Wihéries

Historique et évolution :

Le 14 août 1793, un habitant d’Elouges introduit une demande d’autorisation de construire un moulin à eau sur une partie du terrain communal nommé Viveraix, au Moncheau, situé non loin de la rue de Là-Haut. Toutefois, les changements de gouvernance et d’autorité vont retarder la construction de ce dernier. Ainsi, ce n’est que le 23 janvier 1797 que l’Administration centrale du Département de Jemappes accorde l’autorisation si bien que le moulin est construit. Il est mis en activité le 6 février 1798. Cependant, le débit du ruisseau s’affaiblissant parfois, il fut décidé qu’un moulin à vent serait construit en 1800 un peu plus loin sur le Trieu du Moncheau afin de suppléer à ses défaillances. Néanmoins, en 1803, les exploitants du moulin désirant utiliser le moulin à eau dans les meilleures conditions, procèdent à plusieurs reprises à des retenues d’eau qui durent parfois deux-trois jours si bien que le village en aval est privé d’eau. Ainsi, ce mode de fonctionnement provoqua de nombreux mécontentements. Une pétition fut lancée et qu’il fut décidé qu’une retenue sur les eaux ne pouvait plus avoir lieu. Toutefois, les exploitants du moulin se plaignent à leur tour de l’irrégularité du débit du ruisseau qui provoque une suspension du travail quatre mois chaque année. Dans ce contexte, ces derniers souhaitent que le moulin à vent situé à côté et qui a été détruit par une tempête soit reconstruit afin de pouvoir les aider à pallier à cette situatuion. Cependant, la demande de permis traîne. En effet, il faudra attendre 1859 avant qu’un second moulin mu par la vapeur soit construit à côté du moulin à eau.

Par la suite, le moulin à eau et à vapeur passera entre les mains d’un grand nombre de cultivateurs d’Elouges. En 1911, un moteur remplacera la machine à vapeur. En 1915, le moulin à eau et à l’électricité est à nouveau mis en vente. Ainsi, il est acheté par la Société Anonyme des Charbonnages Réunis de l’Ouest de Mons. Cependant, réduit à l’inactivité durant la Deuxième Guerre mondiale, il est rapidement démantelé.

Durant la seconde moitié du XXe siècle, certaines pièces du moulin sont conservées dans le Musée communal Georges Mulpas. Sur le terrain, les restes du moulin ont été convertis en maison. Ainsi, il convient d’indiquer que les propriétaires de l’époque ont reconstitué les meules qui avaient été brisées.

Ligne du temps :

Laisser un commentaire