Carrières de Dour

Carrières de Dour

Carrières à Dour

Image issue de : « Carrière de Dour », dans GRIGNARD, Jean-Christophe, La plongée en Belgique : Dour ou les Trésors du Lagon Bleu, Mons : Art Océan Photography, 2012, [n. p.].

Historique et évolution :

À Dour, des gisements de grès et de calcaires existent aussi. Des tentatives d’exploitation réalisées sur le terrain s’avèrent peu satisfaisantes. De temps en temps, les édiles locaux y font ouvrir des bancs de pierres afin d’y extraire la pierraille nécessaire à la réfaction des chemins. Par ailleurs, une source en 1830 indique que cette carrière n’est plus exploitée depuis longtemps.

Il y a eu plusieurs carrières dont :

  1. Au début des années 1850, la situation évolue. Une demande accrue de pierrailles et de pavés entraîne la hausse des prix et motive des entrepreneurs à ouvrir deux carrières permanentes dans le hameau de Petit-Dour. Toutefois, ces dernières sont dépourvues de barrières et de balustrades si bien que certains accidents eurent lieu provoquant notamment des décès. Par ailleurs, des fossés et des monts de pierraille en rendent également l’accès difficile. Toutefois, malgré ces inconvénients, il convient d’indiquer que l’extraction dans ces deux carrières à Petit-Dour se poursuivit à une échelle infime jusqu’en 1908, année au cours de laquelle ces deux carrières disparurent. Ainsi, ces dernières étaient localisées dans le Bois de la Saline à la rue Ropaix.
  2. En 1950, on assiste au développement et au fabrication de chaux industrielle. En 1969, Victor Waroquier se fait délivrer un permis et exploite la carrière jusque dans les années 1980. Par la suite, en 1990, les Fours à chaux, qui ont été repris, cessent leurs activités. Ainsi, dans les années 1990, on assiste à de nombreux dépôts de pneus et autres déchets sur le site. Il faudra attendre l’année 2010 pour que commence la réhabilitation du site. En effet, des équipes vont commencer, d’une part, à déboiser le terrain et à démanteler les bâtiments, et d’autre part, à évacuer les déchets se trouvant en surface et à réhabiliter les sols pollués.

Actuellement, il est intéressant de noter que la carrière Warroquier à Dour est comblée par des étendues d’eau au sein desquelles des plongées sont réalisées en raison de la diversité de la faune et de la flore que l’on y retrouve.

Pour plus d’informations, le lecteur peut se rendre aux adresses suivantes : http://www.hainosaurusboussudour.be/carriere-de-dour/historique-du-site/

http://www.spaque.be/0133/fr/46/Four-a-chaux-Waroquier?Archive=

Ligne du temps :

Références bibliographiques (Pour la description complète, cliquez) :

Informations complémentaires :

Liens vers d’autres ressources réalisées par TéléMB et traitant du sujet :

Articles :

Liens vers d’autres articles :

Laisser un commentaire